De retour du Maroc, j’ai trouvé, comme prévu et 2 heures après vous, le sujet de CUGE de ce jour… Je suis toujours à l’ouvrage pendant 1 à 2 heures (mise en page numérique impose!).

Mais connaissant votre impatience, je vous livre cependant mon introduction (qui subira peut-être de légères retouches).

Présentant ces devoirs étalons (CUGE et SD) vendredi aux jurys, vous comprendrez que je n’aille pas plus loin dans mes « indiscrétions ».

Le sujet m’a semblé facile à traiter sur la base de connaissances classiques… voire de devoirs antérieurs de la RE!

Voir ici l’introduction dans sa version définitive (avant relecture d’envoi… par un relecteur avisé!)

Le droit international humanitaire, ou jus in bello, réglemente la manière dont la guerre est conduite indépendamment de considérations ayant trait à la justification, aux motifs, ou encore à la prévention de la guerre, couverte par le jus ad bellum. Lorsque Michael WALZER affirme que  l’on ne peut pas tuer si l’on n’est  pas prêt à mourir, il trace le cadre d’une éthique générale de la guerre contemporaine semblant fondre guerres justes et armées justes, contrairement à Malraux dans « l’Espoir » (1937). Quel jugement peut-on dès lors porter aujourd’hui sur les nouvelles technologies qui, éloignant le combattant du champ de bataille conduisent à une guerre sans risques apparents?
La recherche, permanente et à tout prix de la préservation de leurs combattants, fait courir aux armées modernes, et au-delà aux sociétés et États  dont elles sont l’émanation, le danger de dérives majeures des fonctions régaliennes.    
La sauvegarde de la vie des combattants est un des principes fondamentaux de la guerre, celui d’économie des moyens. Pourtant lorsqu’elle en vient à s’imposer  aux autres règles, voire à en conditionner l’application, elle peut avoir des effets délétères sur les hommes eux-mêmes. Mais c’est surtout  en instrumentalisant systématiquement leurs armées, que les sociétés ouvrent la porte à la multiplication d’actes de guerre injustes et à leurs conséquences dévastatrices à terme pour leur crédibilité.

Ce n’est qu’un avis parmi d’autres sur ce sujet…

6 Réponses à “CUGE concours 2015” Subscribe

  1. Ménard 13 juin 2015 à 10 h 37 min #

    Mon général,
    L’évolution de la conflictualité ne pouvait-t-elle pas également servir de fil conducteur même si l’éthique et la morale de la guerre sont abordées dans le devoir

    • marechalunjour 13 juin 2015 à 10 h 46 min #

      Certainement, le sujet était très ouvert dès que l’on sortait d’une approche technique (ce qu’on fait certains malheureusement!)
      En revanche nous avons eu un échange avec les jurys sur la dissuasion nucléaire. Je pense, et l’ai dit, que cela est un peu en marge du sujet car on est là dans un principe de non emploi. Le cas de l’Enola Gay (Hiroshima) que j’ai cité dans ma copie est très différent car il se rapproche bien de la citation (on tue sans trop de risques directs pour soi).

      • Ménard 13 juin 2015 à 12 h 43 min #

        Merci mon général, le traitement du sujet m’a paru effectivement très ouvert. L’essentiel étant de donner cohérence à l’ensemble.
        Respectueusement,

  2. Savio laurent 11 juin 2015 à 22 h 23 min #

    Bonjour, je partage votre avis la cuge et la culture tech AA étaient très (trop) ouverts. Ceci n’avantage pas les travailleurs de prim abord. Question plan j’ai opté pour les contraintes éthiques opposé à un potentiel technique avéré mais surtout une ouverture stratégique…

  3. THELLIER 9 juin 2015 à 19 h 29 min #

    Mon général,

    Le libellé du sujet ne faisant pas directement appel à la citation, il ne me paraît pas obligatoire de s’y référer. Elle ne constitue qu’un propos introductif.
    Partagez-vous cet avis ?

    • marechalunjour 9 juin 2015 à 22 h 50 min #

      Mon cher Thellier,

      Mon avis est un peu différent sans avoir de valeur absolue. J’ai trouvé que la citation éclairait parfaitement la question et qu’elle avait toute sa valeur dans mon introduction. La réduire à un seul propos introductif me semble un peu risqué. Le rédacteur du sujet ne l’a pas choisie au hasard et je pense qu’il serait un peu « peiné » de ne pas en retrouver la trace dans le devoir.
      Enfin, il y a autant de solutions que de rédacteurs et l’expérience des deux concours précédents où j’ai planché comme cobaye m’a rendu modeste!

Laisser un commentaire

« FAQ » Questions fréquemment posées (26/11/2018)

Un peu de vocabulaire Attention aux expressions qui s’imposent parfois automatiquement en cours de rédaction sans que leur sens soit […]

CUGE et SD – Mars 2019

Ce mois-ci, je propose 2 sujets, un de CUGE et un de SD, portant sur le même thème. Ce choix […]

Protégé : Dossier de la SD3/2019

Il n’y pas d’extrait, car cet article est protégé.

Grand débat national

L’organisation de la session communale du « Grand débat national » a été un peu chronophage. A partir de demain je me […]

Ethique

Ce dossier très complet, produit par le G2S, devrait vous « armer » solidement pour tout sujet traitant de ce thème. (Cliquer […]

Copie de référence

Un candidat Marine a obtenu la note exceptionnelle de 19.5/20 à l’épreuve de CUGE du concours 2018. Ce candidat m’a […]

Ebauche de réflexion et sens des mots

L’actualité nationale et, plus localement, le vote hier par notre conseil municipal d’une motion pour soutenir les manifestations contre l’antisémitisme, […]

Enattendantdemain |
Le regard d'Olivier Ri... |
Voyageargentine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Marissalacayo
| Collectifpourleretourdefran...
| Bibliologiemultimdia